Classification automatique d’images photographiques

Résumé
 
Au cours de la dernière décennie, un grand nombre de projets de documentation numérique ont démontré le potentiel de la modélisation à partir d’images (photomodélisation, photogrammétrie…) d’objets patrimoniaux dans le contexte de la documentation, de la conservation et de la restauration. L’inscription de ces méthodes émergentes dans le suivi quotidien des activités d’un chantier de restauration du patrimoine (contexte dans lequel des centaines de photographies par jour peuvent être acquises par des multiples acteurs et en fonction de plusieurs besoins d’observation et analyse) fait émerger des nouvelles questions à l’intersection de la gestion des masses de données, de leur enrichissement sémantique ainsi que de leur classification automatique à de fins de recherche par similarité de contenu.
 
Cette thèse a l’ambition d’introduire une approche de rupture pour le traitement massif de grandes collections de photographies, distribuées dans l’espace et dans le temps. Ce projet s’inscrit au sein du chantier scientifique du CNRS et du Ministère de la Culture pour la restauration de Notre-Dame de Paris et, en particulier, dans le cadre d’un groupe de travail en charge de la construction d’un “écosystème numérique” capable d’évoluer au fur et à mesure que les études avancent, en centralisant progressivement les ressources collectées, produites, analysées et interprétées par les scientifiques et les professionnels impliqués dans le chantier de restauration.
 
Par le biais d’interactions avec les groupes de travail impliqués dans ce chantier scientifique (bois/charpente, pierre, vitraux, métaux, structure, acoustique, émotions patrimoniales…), on s’intéressera au problème de l’indexation automatique de masses de photographies en combinant plusieurs méthodes d’enrichissement sémantique 2D/3D complémentaires. Tout en ayant l’ambition d’introduire une méthodologie transversale aux problématiques abordées par l’ensemble des champs thématiques mobilisés au sein du chantier scientifique, cette thèse utilisera comme premier terrain d’expérimentation le corpus d’images sélectionnées pour le projet REPERAGE (déposé dans le volet ‘Projet de Recherche’ de cet appel de la FSP) portant sur le repérage spatio-temporel des claveaux des nervures des voûtes effondrées de la cathédrale.

Date de démarrage

2020

Soutien financier 

Fondation des Sciences du Patrimoine

Participants

Dan Vodislav, ETIS
Valérie Gouet-Brunet, LASTIG
Livio De Luca, MAP